Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
La Toile de l’Un se met en mode été. Pilotage automatique, feuilletages multiples et découvertes, surprises pour une moisson de rentrée…
En attendant, voici de quoi vous accompagner les jours d’orage ou de grand soleil. Prenez soin de vous, et de la planète…

Quelques anthologies thématiques nourries des contributions amicales des poètes…
Et dans l’onglet qui suit, "le livre du mois", un ouvrage indispensable pour tous ceux qui aiment la poésie vivante.

Et pour continuer à entendre les poètes et les musiciens, un petit tour au Festival numérique DécOUVRIR de Concèze du 3 juin au 2 septembre.



Villages




Dans la haie


Forêt


Lettera amorosa



Cherchez la petite bête…

Sentiments



Silence

Oiseaux

 


Avant-printemps

Quand les lunes du printemps
nous délivrent de nos colliers de brume,
c’est un petit air mutin que prend alors
la lumière ondulante du matin.

Désormais nul ne nous tiendra plus en défaut :
notre mémoire a clairement reçu le signal :
la floraison mâle du coudrier,
le bourgeon gonflé de tendresse
les passereaux
la truitelle aux aguets
le chuchotis des mousses
le gîte allaitant.

Nous saurons aussi
que notre cœur endurci de longue attente
se réchauffe et s’améliore,
toutes mains tendues.

Daniel Clérembaux


Le Printemps de Durcet (1986-2020)
35 années de poésie
Printemps de Durcet, 2020
12,00 €
Chez Jean-Claude Touzeil - 10 Chemin du Baux, 61100 Durcet.
Chèque 12,00 € + participation au port 3 €, à l’ordre de : Association Printemps de Durcet.

1986… Greg LeMond gagnait le Tour de France. José Luis Borges, Pia Colombo, Simone de Beauvoir, Daniel Balavoine et Coluche quittaient la scène. Entre autres… Ce fut aussi l’année qui vit la naissance de Charlotte, la fille de Caroline de Monaco et SURTOUT du Printemps de Durcet qui marque les annales au point de donner un livre qui deviendra, soyons-en certains, collector et même KolleKtor.

Le Printemps de Durcet est une aventure sans pareil. Faire le pari d’un événement grand public qui mette la poésie au cœur, dans un village de 300 habitants (à la louche), qui mobilise les bonnes volontés de tous poils, de tous âges et de toutes compétences, qui ameute des poètes par centaines dans la durée, qui fait le pari de la fraternité et de la convivialité, draine un public de tous les âges venant de tous les lieux environnants et même parfois lointains, c’est, avouons-le, une histoire peu banale.

L’événement devait prendre fin, dans sa forme actuelle, en 2020. Le coronavirus (qui s’y connaît fort peu en poésie et qui cloître les gens plus qu’il ne les libère) en a décidé autrement. Le "dernier printemps" prévu en 2020 se tiendra finalement en 2021.

Mais un livre retrace cette histoire proche de l’épopée. Il fourmille de témoignages, de photographies, d’articles de presse, de poèmes. Une somme de documents présentés avec beaucoup de rigueur et de précision qui a nécessité, de la part de ceux qui ont réalisé le livre, de faire des choix douloureux tant il est vrai que rendre compte de tout ce qui s’est fait, s’est dit, s’est construit à Durcet à ces occasions nécessiterait la collaboration encyclopédique d’un Diderot et d’un d’Alembert qui ne sont hélas plus disponibles.

Que dire de plus ? Deux choses. Tout d’abord, que le Chemin des Poètes saura, espérons-le, continuer à faire le bonheur des marcheurs longtemps encore. Ensuite, que ce livre devrait rejoindre vos mains. Et pour cela, un seul moyen : l’acquérir comme indiqué plus haut. Ce sera une manière concrète de prolonger le « Printemps » pour le plus grand bonheur des hirondelles.

Alain Boudet

 

Pour vivre en poésie finement, de préférence à…
Article mis en ligne le 20 mars 2020
par Alain BOUDET par

Nous voguons peu ou prou(e) vers l’été. Il sera l’été, n’en doutons pas… À l’air libre, si possible.

La poésie peut quelque chose pour dessiner un horizon. Pour bâtir un présent de vivant aussi. La poésie comme action plutôt que distr-action.

Que faire ? De nombreuses propositions fleurissent. Ici et ailleurs. La Toile de l’Un vous propose un glanage non exhaustif et des activités. Prenons notre temps… Une dernière ligne droite pour écouter et pour écrire, avec une photographie de Flora.

Écouter

La RTBF laisse la place à la poésie. Écoutez ici Laurence Vielle dire des poèmes.

Pour qui veut entendre des poèmes, Bruno Doucey propose trois rendez-vous quotidiens : deux poèmes à lire soi-même, et un à entendre, lu par lui-même. C’est sur le site des éditions Bruno Doucey. Et vous pouvez retrouver les rendez-vous précédents en remontant jusquau 18 mars.

Vous pouvez aussi, sur La Toile de l’Un, entendre des poètes lire eux-mêmes un de leurs textes. C’est dans la rubrique "des ressources > Voix de poètes". Autrement dit, ici.

Au Salon des livres de poésie et de ceux qui les font (La Suze-sur-Sarthe), les poètes invités donnent de la voix en offrant la lecture d’un poème au public. Nous les avons enregistrés. En voici trois :

Jean-Claude Touzeil

Isabel Asunsolo (enfrançais) et…

Sur une terrasse

… en espagnol

En una terraza (espagnol)

Paul Bergèse

 

Et en page d’accueil, tous les deux ou trois jours, lisez et/ou écoutez un poème que j’ai choisi pour vous. À écouter. À entendre et à réentendre à loisir. C’est ici.

Écrire

Si vous avez besoin de vous échauffer, c’est ici.

Troisième (et dernier) atelier image

Cette photo a été prise par Flora Divina Touzeil. Si l’image vous parle, si elle vous fait écrire, vous pouvez envoyer votre texte à cette adresse : latoiledelun(arobase)gmail.com

`

Clos
Interdit de voir dedans.
Le volet bleu
Me prive de tes secrets.
Pourtant,
De la curiosité
Naît le génie
Parfois.

© Cécile Gagnon

 

Deuxième atelier image

Cette photo a, elle aussi, été prise par Françoise Bonnel. Un escholtzia me précise Françoise. Vous avez peut-être au jardin cette fleur de la même famille que nos coquelicots. Alors, comme je l’ai déjà dit, si l’image vous parle, si elle vous fait écrire, vous pouvez envoyer votre texte à cette adresse : latoiledelun(arobase)gmail.com

 


Goutte à goutte,
la saulaie réapprend la pluie
et ses émerveillements.
La rousserolle,
que l’on devinait dans la roselière s’est tue.
Sa dernière note nous accompagne
le temps de notre émoi.

Dans l’eau de lumière,
tu cherches le nom de la fleur
splendidement humble
qui magnifie le chemin.
Aujourd’hui encore,
tu as une éclaircie d’avance.

© Gérard Cousin (inédit)

Premier atelier image

Cette photo a été prise par Françoise Bonnel. Merci à elle de me l’avoir confiée. Si l’image vous parle, si elle vous fait écrire, vous pouvez envoyer votre texte à cette adresse : latoiledelun(arobase)gmail.com


Même bleue la feuille d’encre
Ne saisira dans l’oubli
Ce souffle qui efface
Les fuchsias de l’enfance

© Jacqueline Saint-Jean (inédit)

 

Éphémères
les êtres chers
laissent des traces de lumière
dans nos souvenirs.

 © Mylène Joubert (inédit)

 

Sur ta vitre,
les leurres de l’aube,
l’eau des brumes noyant les chemins,
tout ce qui approche d’écho en écho
dans la souvenance des traces,
les bleus d’enfance,
un visage adouci de pluies,
une part d’éternité.

© Gérard Cousin (inédit)

 

Deux artistes

J’ai transformé ma fenêtre
En écran de lumière
Avec un doigt dans le pot bleu
Je commence à tracer
Mais l’ombre sur la neige
M’a totalement devancé
Je finirai plus tard
Ce soleil est trop futé pour moi

© Cécile Gagnon (inédit)

Reflets

J’ouvre la fenêtre
et je regarde passer les ombres :
celles des feuilles tremblantes
sur les arbres d’avril,
celles bleues du ciel
qui déteignent
toutes sombres
sur le bois de l’arbre,
sur la toile du jour
tendue de soleil
qui ne tient qu’à un fil.

© Alix lerman Enriquez (inédit)

 

L’ombre a laissé son empreinte
que faudrait-il de plus ?
Nous nous parlons
dans la transparence du moment
laissons danser les images
pour un reste de bleu
comme si la lumière
savait mieux que nous
ce qu’il faut dire.

© Marilyse Leroux, Instantané, 9 avril 2020

 

Printemps serein
le soleil se lève.

D’abord d’un bleu timide
réchauffant à peine mon intériorité.

Puis ses ombres se déploient, grandissent, s’affirment
sur le mur qui devient feuillu.

Les plumes l’accompagnent virevoltantes
dans une douce réflexion.

© Marion Boudet (inédit)

Petit atelier d’échauffement

Un petit atelier d’écriture (très encadré) pour s’échauffer, lié au Printemps des Poètes 2020 et à son thème : Courage !

D’abord : Préparer une liste 1 de verbes à l’infinitif (20 à 30) : tressaillir, écouter, froisser, éteindre, etc.

ET : Préparer une liste 2 de noms en lien avec nature/printemps (20 à 30) : bourgeon, renouveau, soleil, plume, ciel, feuille, etc.

En utilisant cette structure, produire des phrases, trier, choisir, éliminer et en garder quelques-unes qui vous plaisent.

Première proposition :

Je voudrais, dit (nom de la liste 2) le courage de (verbe de la liste 1).

Seconde proposition :

Je voudrais, dit (nom de la liste 2) le courage du (nom de la liste 2).

Et voilà…

Pour le jour d’après…

Les enseignants trouveront sur le site de la Semaine de la Poésie de Clermont-Ferrand une banque d’outils permettant d’élargir et de conformet les pratiques de la poésie à l’école… Mais TOUT le monde peut y faire des découvertes…