Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site

Racistes


Voilà ce qu’ils disent :
l’anémone est plus intelligente que la rose
le sable est plus beau que le chat
et la pierre a toujours été
supérieure au potiron

Ils reprochent au noir
d’être plus noir que le blanc.
comme on reprocherait au feu
d’être plus chaud que la neige
et au miel d’être plus sucré
que la vague

Et s’ils ont peur de leur ombre
c’est qu’ils se doutent un peu
que haïr l’étranger
c’est avoir peur de soi

 

Jean-Pierre Siméon
Sans frontières fixes
© Cheyne éditeur, 2001

 

 


Rien excepté l’eau

Un autre poème
Est censé être ici
Une goutte d’eau est tombée sur la feuille
Alors mon poème a tressailli
Dégagé son corps mouillé et sauté par la fenêtre !

Qui parmi vous croise un poème qui court
Terrorisé et pieds nus dans la rue
Ait l’amabilité de me le rendre !

Mohammed Zidane

120 nuances d’Afrique
Anthologie préparée par Bruno Doucey, Nimrod et Christian Poslaniec
Éditions Bruno Doucey, 2017
ISBN 978-2-36229-143-2
20,00 €

Publiée à l’occasion du Printemps des Poètes 2017 dont le thème est "Afrique<s>", cette anthologie offre un vaste panorama de la poésie africaine continentale ou insulaire, qu’elle soit d’Afrique proprement dite ou de la "diaspora". Près de 150 voix s’élèvent ainsi, proposant un périple géographique et linguistique qui nous conduit à travers le continent de la Méditerranée aux terres austales, du golfe de Guinée aux bords de l’océan Indien. L’Histoire traverse bien sûr cette démarche anthologique et l’on se retrouve dans les pays qui firent richesse du "bois d’ébène", là où résonnent les voix des poètes en terres de Caraïbes et d’Amériques.
Un livre qui est une somme et une référence.

Alain Boudet

Maisons de rêves et de souvenirs

Il y a notre maison. Celle où nous sommes quotidiennement. Et il y a les maisons de nos souvenirs, celles où nous avons vécu, aimé, pleuré, passé un temps qui fut peut-être celui de l’enfance.
Il y a aussi les maisons de nos rêves, celles que nous aimerions ou aurions aimé bâtir ou habiter. Des poètes évoquent tout cela dans cette page.

Article mis en ligne le 1er février 2017
par Alain BOUDET par


 

 

Charivari

Hier au soir
c’était la fête
dans le salon
toutes les fleurs
ont bu un coup
toutes les plantes
ont bu un pot
(à l’exception
d’un caoutchouc
résolument
imperméable)

Hier au soir
c’était la fête
dans le salon
et ce matin
j’ai retrouvé
le papyrus
à la renverse
le philodendron
dégringolé
de tout son long
dans l’escalier
les bégonias
sur les cactus
et le ficus
dans les soucis

Hier au soir
c’était la fête
dans le salon
et ce matin
je leur ai dit
Plus une goutte
cette semaine !

Jean-Claude Touzeil
Jardins du bout du monde
© Corps Puce, 2006

 

Je porte
Le souvenir
D’un cachot noir
D’une petite lucarne
Et haut d’un mur
Noir
Ce souvenir
Entêtant
Cet oubli
Impossible
Ce confetti
De la mémoire
Ce souvenir
De la lucarne rassurante
Si haute
Avec un peu de ciel
Derrière
Cette clarté
Qui me tenait compagnie
Dans le noir
Je me souviens
De ma frayeur
Quand la porte s’est refermée
J’étais punie
Au placard à balais
Avec les araignées
J’ai oublié
La faute
Était-elle
Si grande
J’étais si petite
Niveau
Maternel
École
Catholique

Les araignées
Me sont
Familières

Dan Bouchery
Les éphémères
© Soc et Foc, 2009

  Me croiriez-vous si je vous disais
que mes volets applaudissent les jours fériés
que mes escaliers sautent à pieds joints
et que mes lucarnes font des clins d’yeux aux passants ?
Me croiriez-vous si je vous disais
que mon ombre ayant bondi plus haut que de coutume
a croqué le doigt d’une lune
et s’est essuyé le museau sur ma main ?

Vénus Khoury Ghata
in Le français est un poème qui voyage
 Anthologie - © Rue du Monde, 2006

 
Odeur des pluies de mon enfance.
Derniers soleils de la saison !
A sept ans comme il faisait bon,
Après d’ennuyeuses vacances,
Se retrouver dans sa maison !

La vieille classe de mon père,
Pleine de guêpes écrasées,
Sentait l’encre, le bois, la craie,
Et ces merveilleuses poussières
Amassées par tout un été.

Ô temps charmant des brumes douces,
Des gibiers, des longs vols d’oiseaux !
Le vent souffle sous le préau,
Mais je tiens entre paume et pouce
Une rouge pomme à couteau.

René-Guy Cadou
Poésie la vie entière
© Seghers, 2001

 

Avant, il y avait sur l’armoire
des jours anciens, délavés, un peu gris
l’encre passée de journaux défraîchis
les feuillets raides dans leur gangue de poussière.
 
Les pétales flétrissent au soleil, rouge noirci
comme les gouttes d’un sang trop épais
la couronne conserve les parfums de l’herbe et d’un absolu
dont j’ai oublié le nom exact.
 
Mais toi, mémoire toute neuve,
tu agites tes petites mains
tu danses dans la langue votive de la mère
tu pleures dans la couleur inventée.

Cécile A. Holdban (inédit)

  J’aurai peut-être
une maison verte
ce sera l’arbre inhabité,
ce regard vers la mer
où tant d’eau me regarde,
et l’infini des mots
pour l’infini du ciel.

J’aurai peut-être
une autre vague
pour devenir l’île perdue
sous une étoile qui divague.

Arbre veux-tu ? Algue veux-tu ?

Christian Da Silva
Pommes de plume Pommes de mots
© Éditions Saint-Germain des Prés, 1979

 

Ma maison de sortie

Dès que je suis dehors, je fais une maison,
Je fonde une maison qui m’entoure aussitôt,
Qui me couvre et m’abrite et me suit à loisir ;

Légère et non visible, une maison fidèle
Accompagne partout ma vie et mes paroles ;
Ma voix résonne en elle et son intime écho
Me parle en mon patois de choses très privées.

Le temps d’ouvrir un œil de notre chambre noire,
Je deviens l’habitant, le riverain des rues,
Le temps d’un souvenir pris sur plaque sensible
Et c’est un long séjour qui se prolongera ;

Nous avons existé plusieurs fois notre vie
Au bout de la journée, et je replie au soir
Ma maison de sortie avant d’entrer chez moi.

Jean Mogin
La poésie comme elle s’écrit
Les Éditions ouvrières, collection Enfance heureuse, 1979

 

j’ai bâti l’idéale maison 

 
Je l’ai proférée en pierres sèches, ma maison, 
pour que les petits chats y naissent dans ma maison, 
pour que les souris s’y plaisent dans ma maison. 
Pour que les pigeons s’y glissent, pour que la mi-heure y mitonne, 
quand de gros soleils y clignent dans les réduits. 
Pour que les enfants y jouent avec personne, 
c’est-à-dire avec le vent chaud, les marronniers. 
 
C’est pour cela qu’il n’y a pas de toit sur ma maison, 
ni de toi ni de moi dans ma maison, 
ni de captifs, ni de maîtres, ni de raisons, 
ni de statues, ni de paupières, ni la peur, 
ni des armes, ni des larmes, ni la religion, 
ni d’arbres, ni de gros murs, ni rien que pour rire. 
C’est pour cela qu’elle est si bien bâtie, ma maison. 
[...] 

André Frénaud
Il n’y a pas de paradis
© Poésie/Gallimard 1967

 

Ma maison

Quand j’ai chaussé les bottes
Qui devaient m’amener à la ville
J’ai mis dans ma poche
Une vieille maison
Où j’avais fait entrer
Une jeune fille
Il y avait déjà ma mère dans la cuisine
En train de servir le saumon
Quatre pieds carrés de soleil
Sur le plancher lavé
Mon père était à travailler
Ma sœur à cueillir des framboises
Et le voisin d’en face et celui d’en arrière
Qui parlaient de beau temps
Sur la clôture à quatre lisses
Et de l’air propre autour de tout cela
Aussitôt arrivé en ville
j’ai sorti ma maison de ma poche
Et c’était un harmonica.

Gilles Vigneault

 

NOTRE MAISON

Je te ferai une montagne
Avec des nuages-mousseline
Je poserai une maison en bois
Dessus
Tout autour des sapins
En habits du dimanche
Le paysage sera repassé
De frais
Et les prés tirés à quatre épingles
En bas il y aura un village
Reposé de son histoire
La nuit marchera sur le toit
Et je m’endormirai près de toi
Au chaud de notre amour.

Joël Sadeler
Poèmes à la vanille bleue, 1987

  La maison sur la mer
est une maison
bien ordinaire.
On y murmure des chansons d’amour.
La nuit, on y retient le jour.

Sans prison
sans voleur, ni trahison
sans cage pour la déraison
prenez la vague et entrez
dans la maison posée en paix
dessus la marée.

Debout
dans la chambre à coucher
chantez
chantez grands ouverts vos volets
chantez comment brille
la mer
sous la maisonnée.

Alain Serres
Chercheur d’air
© Cheyne éditeur, Collection Poèmes pour grandir, 1993

 

Maison légère

Une maison légère comme une lanterne chinoise habitait, suspendue, au bout d’une branche d’orme, très haut dans les ciels balayés, traversée de petits nuages et parfois secouée comme une cloche à brouillard.
Elle servait la nuit de phare aux oiseaux qui regagnaient leur nid trop tard. Et souvent elle avait à loger des hôtes de passage, migrateurs égarés, pigeons porteurs de nouvelles, éblouis par ses feux.

Un vol hâtif de cloches qui traversait les ondées de Pâques vint un matin la heurter. Détachée sans douleur, elle fut entraînée, portée par les montgolfières de bronze et de chocolat qui se pressaient en silence.

Et comme les clochers, les jardins et les pâtisseries avaient avalé le gros de l’essaim, la maison se déposa toute seule au pied d’un mamelon herbu, bien loin de tout sentier. Une rivière attirée par ses portes-fenêtres a fait un coude dans le salon. Les oiseaux ne l’ont pas désertée, mais il y a aussi des lapereaux entre les coussins du divan.

Un jeune cerf accroche parfois aux lustres ses premiers bois.

Jean Mogin
La nouvelle guirlande de Julie
© Les Éditions ouvrières, 1976

 

La chambre la plus vaste

À Mathilde

J’imagine une chambre
peuplée d’animaux doux
d’herbes de feuillages
ouverts sur leurs fruits tièdes

Les rivières y seront
plus blanches que les draps

Des soleils la nuit
allumeront leur lampe

L’ombre comme un bateau
traversera ma chambre

Jean-Pierre Siméon
À l’aube du buisson
© Cheyne éditeur, 1991

 

La maison dans ma tête

Une maison étrange
avec un ciel sous le toit
et des soleils dans l’armoire
dans les tiroirs dans chaque lit

Vraiment une étrange maison
avec ses fenêtres rondes et claires
comme des lacs suspendus
et ses portes qui chantent
et ses couloirs immenses
où vont des trains vers nulle part

Une maison où des lampes bavardent
avec des mots bleus
où les murs ont des oreilles
où des enfants très graves
sortent des miroirs

Une étrange étrange maison
où l’on parle d’amour
comme on respire
une maison belle et chaude
comme un mystère.

Jean-Pierre Siméon
À l’aube du buisson
© Cheyne éditeur, 1991

  Et parfois le seuil s’en allait
Abandonnant la clef
L’usure de tous les pas
Qui n’ont su que la cendre

*

Où la maison de lumière
Sur le chemin
Qui ne sait plus le pas ?

Béatrice Libert

 

Ma maison
est faite de terre
et de pierres mêlées
Elle est de la même matière
que les chemins
qui conduisent à elle
Elle suit sa route à travers les siècles
Elle a l’âge des atomes
qui la composent
Elle n’a rien à envier aux étoiles

Simon Martin
Dans ma maison
© Cheyne éditeur, 2013

 

Quand les arbres seront en briques
et les maisons en feuilles,
la nuit sera liquide comme la mer
et nous dormirons dans des nids
qui auront pris la place des étoiles,
les oiseaux, eux, travailleront dans les banques,
avec les bûcherons.

Jean Orizet
Dis-moi un poème qui espère
© Rue du Monde 2004.

  Dans ma petite fenêtre
j’ai un petit carré de ciel
qui change selon les jours
l’heure et la saison

Il me suffit de le regarder
pour qu’il me donne envie
de lui parler

Dans ma grande fenêtre
j’ai deux grands arbres
qui changent eux aussi
selon le jour l’heure
et la saison

Il me suffit de les écouter
pour qu’ils me donnent envie
de me taire.

Marilyse Leroux (inédit)

 
LA MAISON-OCÉAN

Avec de l’eau de la mer,
de la plage, du vent
et un peu de ciment
il bâtit sa maison :
la maison de ses rêves

Depuis, quand la lune se lève
Les cheminées dressent leurs bras vers elle
et les murs suivent les marées :
En arrière
En avant
En avant,
En arrière,
toutes les vitres roses
gonflées comme des ailes.

Et dans la maison-océan
Vivent vingt millions d’enfants.

Christian Poslaniec
Dis-moi un poème qui espère
© Rue du Monde, 2004

  Une poignée de sable
deux galets
trois gouttes d’océan
je me fabrique
une maison bleue

Il y a tant d’espace
à habiter
au-devant de moi

Je me sens bien
parmi les embruns
les longues vagues
venues d’ailleurs

Je dialogue
avec les mouettes
les phares à l’horizon
le sillage des bateaux

Cette nuit
lorsque tout dormira
je poserai une lune blanche
au-dessus de ma maison
afin que la mer revienne
habiter sous mon toit.

Marilyse Leroux (inédit)

 

Chez moi, il n’y a de porte
que dans la tête des gens.
Elle n’est en rien une frontière,
l’ont franchie des hommes d’église
les amis d’enfance
et d’aujourd’hui,
celui qui se différencie de moi,
par la peau ou l’opinion.
 
Dans ma maison,
vient qui veut,
poète ou pas.
 
Ma maison est ouverte,
seuls restent sur le seuil,
le dédain, le mal et la bêtise.

Jean-Albert Guénégan

 

Les nuages de brume
Ont effacé les moellons du mur
laissant béant le souvenir du lieu
en automne

Aboiements d’un chien
Comme épis de faitage
La maison chante pour qui sait l’entendre
Sa voix souffle par la porte
craque au grenier
mugit à cœur fendre
et supplie le lointain
de ne pas se dissoudre
dans l’espace libre

Jour d’inquiétude

Frédéric Vitiello

 

L’Île aux Moines

Pierre ancienne, maisons
aux proportions toujours exactes
la bonne ouverture de fenêtres
et la juste couleur aux volets.

Pentes d’ardoise et de chaume
dessinent une courbe parfaite
au-dessus des mansardes :
personne pour gâcher la vue.

Camélias de sang, tant de fleurs
s’imbriquent, s’impliquent
foisonnent, moutonnent
on ne sait pas toujours leur nom.

Juste après le carénage des bateaux
les chemins débouchent sur l’eau
et les îles aveuglantes
percées de surprise.

Flots de métal blanc en fusion
hachures fortes ou fragiles
d’un fusain anthracite éclairées
soudain par un jaune italien.

L’air brasse les veines
les éléments changent
de sens et d’humeur
à tout bout de champ.

Il y a toujours un bateau
en partance pour une côte
une presqu’île, une cale
une baie, une pointe.

© Eve Lerner
Partout et même dans les livres (inédit)

 

Cousue de fil blanc

La maison cousue de fils blancs

Abrite une chatte roturière
Des souris mal conseillées

Un lapin aux yeux rougis
De se savoir condamné

Quelques oiseaux pris au piège
De la peur de voyager

La maison cousue de fil blanc
Large d’épaules et maigre de poitrine

Commence à perdre les cheveux
Les dents et la mémoire

Elle rêve quelquefois
D’une très jeune balançoire

Béatrice Libert

 

 

Article mis en ligne le 25 février 2017

Yann Blouin est artiste peintre. Il vit en Pays de Loire où il expose. Il écrit aussi, même s’il n’a jamais été édité. Voici quelques-uns de ses textes.

Article mis en ligne le 24 février 2017
Article mis en ligne le 15 février 2017
dernière modification le 11 janvier 2017
Article mis en ligne le 15 février 2017
dernière modification le 16 février 2017
Article mis en ligne le 1er février 2017
dernière modification le 14 octobre 2016
Article mis en ligne le 1er février 2017

Il y a notre maison. Celle où nous sommes quotidiennement. Et il y a les maisons de nos souvenirs, celles où nous avons vécu, aimé, pleuré, passé un temps qui fut peut-être celui de l’enfance.
Il y a aussi les maisons de nos rêves, celles que nous aimerions ou aurions aimé bâtir ou habiter. Des poètes évoquent tout cela dans cette page.

Article mis en ligne le 1er février 2017
dernière modification le 3 janvier 2017
Article mis en ligne le 1er février 2017
dernière modification le 15 février 2017
Article mis en ligne le 1er février 2017
dernière modification le 30 janvier 2017
Article mis en ligne le 15 janvier 2017
dernière modification le 11 janvier 2017
Article mis en ligne le 15 janvier 2017
dernière modification le 10 janvier 2017

Printemps des Poètes 2017


Afrique<s>

tel est le thème du prochain Printemps des Poètes qui se déroulera du 4 au 19 mars 2017.

Voici un petit choix bibliographique lié à ce thème et à ces territoires. Tous les ouvrages sont disponibles au Promenoir de poésie contemporaine de la Médiathèque Les Mots Passants de La Suze. Vous pouvez consulter en ligne la base bibliographique si vous le souhaitez.

Sites favoris

Statistiques du site

  • Nombre total de visites :
    64617 visiteurs
  • Actuellement en ligne :
    4 visiteurs


pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2014-2017 © La toile de l’un - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.21