Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
Le poème du mois
Article mis en ligne le 1er octobre 2020
dernière modification le 30 septembre 2020

par Alain BOUDET



Pour que la poésie vous accompagne…
Un poème à lire et à entendre.


Je peux voir de ma fenêtre les toits en cavalcade qui se dorent au soleil
Je peux voir le vide qui m’effraie et me donne des sueurs froides quand mon fils s’en approche
Je peux voir des pigeons qui roucoulent, des corbeaux qui soulignent l’œil de bœuf du voisin, des hirondelles qui font des colliers de nids sous l’ocre des tuiles
J’entends le soir dans le lointain les applaudissements de 20h, ou parfois dans la journée, le glas qui retentit sombrement
J’entends le bourdonnement des activités humaines qui s’atténue
J’entends les chants des oiseaux qui se font la part belle dans ce calme retrouvé
De ma fenêtre, le temps suspendu est magique par son étrangeté et la soudaineté avec laquelle il s’est abattu sur le village
Je peux voir
Le squelette d’un poisson abandonné, là, par un chat qui s’est octroyé un déjeuner en toit terrasse
Un nuage jouant à saute-mouton avec les cyprès du calvaire
Un soleil printanier aveuglant
Un bleu du ciel tendre
Au loin
Le campanile insolent
La lucarne curieuse du voisin
Les clochers de l’Eglise qui ont peur de briser le silence inouï
Le vert profond des montagnes de conifères, l’appel de la forêt, de la route, de la rue, du dehors
Au dehors !

© Cécile Meffre
Un texte écrit dans la durée sur une proposition de la médiathèque bibliomedia de Lausanne
Avril 2020

Écoutons Cécile nous lire ce poème…
 

De ma fenêtre

 

 à découvrir aussi le "mur" de textes écrits par ses élèves…