Allons enterrer l’oisillon
Article mis en ligne le 15 novembre 2020
dernière modification le 13 novembre 2020

par Alain BOUDET

Sept heures du matin
une table en formica
trois bols de café
et un paquet de biscuits
font de ce poème
un riche propriétaire terrien.

Dire que dans dix minutes
je vais devoir débarrasser.

Allons enterrer l’oisillon
Christophe Jubien
illustrations de Pierre Richir
collection "les petits carrés"
Donner à Voir, 2020
ISBN 978-2-900012-10-9
8,00 €

Christophe Jubien épingle le quotidien avec un regard attentif et tendre non dépourvu d’humour. Il y a l’attente de la venue d’un rouge-queue, celle d’un petit caillou dans le désert, celle du poète qui ne s’envole pas dans les nues mais s’assoit sur un banc auprès d’un clochard. Car il s’agit de bricoler les émissions comme les mots avec « des choses pauvres » mais riches de cœur et d’émotions.

Les drames, la maladie, la mort s’évoquent sobrement. La beauté de l’amour, d’un paysage vient adoucir le tragique de la vie. Rien ne pèse. Tout se dit avec simplicité et humilité. Et il importe de parler à ceux qui n’ont ni sonnette, ni internet. « Enterrer l’oisillon », pour ensuite ouvrir les fenêtres de la vie, naître à un autre jour. Et pour cela être présent et accueillir tout ce qui vient, que ce soit dans l’instant ou dans un passé revisité. Le lecteur est invité à prendre aussi le temps de se poser, de regarder, de saisir ce qui passe. Un coup de balai sur notre atmosphère mortifère.

Note de lecture pour la revue Portulan bleu

Jacqueline Persini