Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
La saison manquante
Article mis en ligne le 15 septembre 2016
dernière modification le 8 septembre 2016

par Alain BOUDET
logo imprimer

Accepter
d’être un peu bousculé
dans la foule
d’être invisible
aux yeux
de la plupart des passants
d’entendre dans un café
les voisins de table
débiter des banalités
S’émouvoir
à la seule présence
de nos semblables
et quels qu’ils soient
les remercier en secret
d’exister

La saison manquante
suivi de Amour jacaranda
Abdellatif Laâbi
avec treize encres de Claude Margat
éditions de la Différence, 2016
Collection Clepsydre
ISBN 978-2-7291-2105-1
18,00 €


 C’est Jacques Bertin qui chantait il y a quelques années déjà : « J’ai vécu ma vie pleine comme une écriture... » Voilà une formule qui pourrait bien convenir à Abdellatif Laâbi pour « La saison manquante », première partie de l’un de ses derniers livres de poésie. C’est l’occasion pour lui de prendre de la distance, faire un peu le point, situer le poète dans l’univers et relativiser l’importance de ses traces. En toute bonne foi, en toute simplicité. De sacraliser aussi l’indispensable, la vitale utopie :
« ...L’on rêverait toujours / mais en plus grand / comme d’habiter l’univers entier.//…/...comme d’introduire / le principe d’amour / dans le préambule / de la Constitution universelle. »
 
 La deuxième partie, « Amour jacaranda », repose sur la célébration de l’Aimée (A majuscule de rigueur). La compagne des bons comme des mauvais jours. L’omniprésente : « …/...alors que tu es à deux pas / dans la pièce d’à-côté / veillant de près / à ce qui se passe dans ma tête.../... » La complice en langues communes (arabe, français, espagnol, anglais) pour de jouissives joutes étymologiques ou des exercices de traduction...
Et ce, dans l’ombre du jacaranda, considéré comme un arbre-totem : « …/...Il nous a suffi / de le distinguer / parmi tant d’autres arbres / parce qu’il était plus frêle / plus discret / oui, plus humain / et qu’en matière d’humanité / il présentait une ressemblance / avec les gens les plus fragiles / les plus humbles de notre pays.../... » Un arbre qui a de surcroît le privilège de fleurir deux fois...

 L’auteur du fameux « J’atteste... » (éditions Rue du monde), poursuit ainsi infatigablement la même veine humaniste avec la même écriture limpide et sûre, le même élan chaleureux et fraternel qui touche au cœur. 

Jean-Claude Touzeil



pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2014-2017 © La toile de l’un - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.21