Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
Kaddish pour l’enfant à naître
Article mis en ligne le 1er février 2018
dernière modification le 18 janvier 2018

par Robert Froger
logo imprimer

Viens vite, amour
Précipite-toi
La mort s’est invitée dans ton pays
Des yeux fanatiques nous cherchent
Pour d’autres rafales
Pour d’autres exécutions sommaires
Pour d’autres mises à sang
Viens nous rafraîchir de ta mise au monde,
De ta féminité, de ta nudité, de ta liberté
Qu’elles s’érigent en loi
Qu’elles se dressent fièrement
Permets que je m’appuie sur ton ventre bombé
Que je puise au réservoir de ta joie
Que nous séchions nos larmes sous les bombardements de tes cris de vie
Sous les battements de ta promesse

       Caroline Boidé

Kaddish pour l’enfant à naître
Caroline Boidé
Vénus Khoury-Ghata
Bruno Doucey, 2017
Collection "Soleil noir"
ISBN 978-2-36229-163-0
14,00 €

Il faut peut-être le préciser, le Kaddish fait partie de la liturgie juive. C’est une prière pour la glorification du nom de Dieu. Elle peut être assimilée au "Notre Père" pour les Chrétiens. C’est notamment la prière que l’on récite à l’occasion d’un deuil, la prière que récitent les endeuillés.
Si Caroline Boidé l’associe à l’enfant à naître, c’est que, lorsqu’elle attendait son enfant, se produisirent les attentats de novembre 2015 en France. C’est une réponse de vie à la mort, non pas pour effacer la douleur de la mort mais une révolte contre la mort d’innocents. Une vie à naître pour glorifier les morts. "Mais tu as mieux à faire que de mourir / Il n’y a pas de place pour un cimetière dans mon ventre". Cette vie à naître est aussi la victoire sur l’Holocauste. 
Le Kaddish pour l’enfant à naître de Caroline Boidé est entouré, protégé, comme bercé par les poèmes de Vénus Khoury-Ghata, poète libanaise, son aînée, sa presque mère en poésie. En deux parties, Un point d’eau sous la voûte, 1 et 2, au début et à la fin du livre, les poèmes de Vénus Khoury-Ghata brûlent du feu de la passion, du désir et de la possession. Un autre hymne à la vie.

L’odeur du printemps en rut fit ôter à l’arbre son écorce.
Il se frotta de toutes ses saillies à la terre, humectant ses
parois, forçant sa broussaille, avant de fixer sa graine
dans cette brèche au confluent de deux sillons.

           
Vénus Khoury-Ghata

Kaddish pour l’enfant à naître est une glorification de la vie.

Robert Froger




pucePlan du site puceMentions légales puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2014-2018 © La toile de l’un - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2