Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
Cirque

Voici une petite anthologie en ligne accompagnée d’une bibliographique d’ouvrages dont les textes sont inspirés par le cirque et le monde du spectacle. Tous les ouvrages sont disponibles au Promenoir de poésie contemporaine de La Suze (Sarthe). Chois de textes : Robert Froger et Alain Boudet.

Article mis en ligne le 28 février 2018
dernière modification le 11 juillet 2018

par Alain BOUDET
logo imprimer


 

 

Jongleries

Je ne lance pas
en l’air
balles
ballons
cerceaux

Je ne fais pas
tourner
quilles
bouteilles
couteaux

Moi je jette
des lettres
qui retombent
sur la tête

J’en fais des mots
rigolos
des calembours
à battre le tambour

Joël Sadeler
Sucreries et jongleries
© Lo Païs, 1999

 

Des mots tordus
biscornus
à l’endroit à l’envers
ils font la paire

Des mots à contre-allée
pour déranger
des mots à contresens
pour ne plus s’y retrouver

Pour voyager j’invente
Des mots-valises
Qui m’emportent loin
et sans balises

Je suis jongleur
de mots
avec des lettres
je fais mon numéro

Joël Sadeler
Sucreries et jongleries
© Lo Païs, 1999

 

De sauts en rebonds
ils trampolinent nos cœurs
les cueilleurs d’étoiles.

Anick Baulard
Rêve de cirque
© Les Adex, 2002

 
Les clowns me faisaient pleurer
les pirouettes des éléphants
me donnaient envie de ne plus bouger
jusqu’à la fin du monde

j’avais cinq ans
et maintenant que j’en ai cinq mille
rien n’a changé

après le spectacle
les anges enlèvent
leurs ailes blanches et leur auréole

ne restent que
leur maquillage de clown qui coule
et leur lenteur d’éléphant

Thierry Cazals
Un éléphant au paradis
© møtus, 2011

Au cirque

Et maintenant, Mesdames et Messieurs,
nous vous présentons en grande première
mondiale, sans cage, avec son poitrail multicolore
et toute sa crinière au vent : le bonheur !
(tambour et musique). Il apparut.
C’était vrai, c’était le bonheur.
Et de quelle taille !
Comme il n’était pas encore apprivoisé,
il se jeta dans le public en rugissant
et dévora la plupart des spectateurs.

Norge
in
Ça fait rire les poètes
Anthologie par Jean-Marie Henry
© Rue du Monde, 2009

 

Papillon de strass
elle vole au-delà des yeux
la fille au trapèze

Anick Baulard
Rêve de cirque
© Les Adex, 2002

 

Le clou du spectacle

il se tape sur la tête
boum
il se retape sur la têteù
boum boum
il se retape sur la retête
boum boum boum
et dans le sol il disparaît
c’est vrai
c’est pas vrai
pour qu’on se marre tôt
hi ! ah ! oh !
il faut enfoncer le clown
dans la sciure du chapiteau
et lui tirer son chapeau

Gérard Bialestowski
in
Ça fait rire les poètes
Anthologie par Jean-Marie Henry
© Rue du Monde, 2009

  Il arrive, il arrive,
il passe la montagne,
il franchit la rivière,
il longe les usines.
Il arrive, il arrive,
avec ses tigres à bretelles,
ses clowns aux oreilles de lynx
et ses jongleurs
aux bras de pieuvre.
C’est écrit sur l’affiche
qui exagère toujours un peu.

Mais il arrive, il arrive
que le cirque soit déjà là,
depuis longtemps,
dans les yeux des enfants.

Pef
in
Sous le chapiteau des mots
Anthologie
Jean-Marie Henry et Alain Serres
© Rue du Monde, 2016

 

Fatrasie

Il était un clown de Quimper
Qui marchait toujours de travers
Si bien qu’à peine j’exagère…
On le prit pour un crabe vert.

Jacqueline Held
in
Ça fait rire les poètes
Anthologie par Jean-Marie Henry
© Rue du Monde, 2009

 
Quand je serai pas clown
Je n’aurai pas de nez rouge
Au milieu de la figure
Je n’aurai pas de pieds
Longs longs dans mes chaussures
Je n’aurai pas de cheveux fous
De cheveux roux de cheveux saouls
Ni de z’yeux qui pleurent en fontaine
Ni de crème qui dégouline sous les feux
Ni de cris sur la piste
Ni de rires immenses complices
Je ne m’appellerai pas Mimile Zigoto Badini Tatava
Je m’appellerai M. Moi-Moi-Moi-Moi-Moi-Moi
Et j’aurai une cravate et des cartes de visite en relief

Quand je serai pas clown
J’aurai oublié
Le pitre dans mon cœur
Qui dansait.

François David
in
Les poètes et le clown
Anthologie
© møtus, 1993

 

Le cirque à une plume

Une petite fille n’avait rien
pour monter un cirque,
ni un éléphant, ni un olifant,
ni une caravane, ni un ballon.
Elle n’avait rien.
Elle marchait, elle tournait en rond.
Elle ramassa une pierre par terre.
Mais que faire d’une pierre ?
On ne construit pas un cirque
avec une pierre…
Un cirque doit être léger !
Alors elle ramassa une plume.
̶ Oh ! se dit-elle, je vais écrire
un poème avec cette plume !

̶ Oui, c’est ça, se répéta-t-elle.
Un cirque doit toujours commencer
par un poème qui tombe du ciel.

David Dumortier
in
Sous le chapiteau des mots
Anthologie
Jean-Marie Henry et Alain Serres
© Rue du Monde, 2016

 

Clown noir, clown blanc

Ils sont entrés dans la lumière
le cœur au vent
clown noir, clown blanc
avec la joie qui se dandine
et s’époumone
dans un trombone

Sur la piste ils ont déposé
en souriant grand comme un soleil
le sac à rêves de l’enfance

Et quand ils l’ont ouvert sans bruit
nous avons vu jaillir l’éclair
d’un oiseau couleur de musique
chantant pour les enfants du monde

Alors du haut de nos huit ans
nous avons lancé sur la piste
les paillettes bleues de nos rires.

Alain Boudet
in
Sous le chapiteau des mots
Anthologie
Jean-Marie Henry et Alain Serres
© Rue du Monde, 2016

 

Au cirque

Ah ! si le clown était venu !
Il aurait bien ri, mardi soir :
Un magicien en cape noire
A tiré d’un petit mouchoir
Un lapin, puis une tortue
Et, après, un joli canard.
Puis il les a fait parler
En chinois, en grec, en tartare.
Mais le clown était enrhumé :
Auguste était bien ennuyé.
Il dut faire l’équilibriste
Tout seul sur un tonneau percé.
C’est pourquoi je l’ai dessiné
Avec des yeux tout ronds, tout tristes
Et de grosses larmes qui glissent
Sur son visage enfariné.

Maurice Carême
La Fête en poésie
Gallimard

 

L’acrobate

Dans sa roulotte
Un acrobate
En une minute
Et trois culbutes
Evite la chute
Tout va si vite
Met sa culotte
Sa salopette
Ses deux chaussettes
Ses sandalettes
D’une seul’ menotte
Noue sa cravate
Trois galipettes
Il est sur pattes
Pour fair’la fête
Moi ça m’épate !

Jean-Hugues Malineau
in
Sous le chapiteau des mots
Anthologie
Jean-Marie Henry et Alain Serres
© Rue du Monde, 2016

 

Sans eux

Monter, démonter, empiler, ranger,
enrouler les cordes et plier la toile,
recompter les sous, rendre la monnaie,
panser les chevaux, recoudre un costume :
combien de travail et combien de bras !
Ils sont tant et tant, modestes, invisibles,
travailleurs infimes, sous-fifres, manœuvres.
Ils sont sans paillettes. Ils sont sans étoiles…

Sans eux rien ne tourne.

En piste ne tournent plus les chevaux
ni l’équilibriste perché sur son globe.

Sans eux, sans leur peine, rien ne tournerait.

Jacqueline Held
in
Sous le chapiteau des mots
Anthologie
Jean-Marie Henry et Alain Serres
© Rue du Monde, 2016

 

Pour rire en société


Le dompteur a mis sa tête
dans la gueule du lion
moi
j’ai mis seulement deux doigts
dans le gosier du Beau Monde
Et il n’a pas eu le temps
de me mordre
Il a vomi en hurlant
un peu de cette bile d’or
à laquelle il tient tant
Pour réussir ce tour
utile et amusant
Se laver les doigts
soigneusement
dans une pinte de bon sang

Chacun son cirque.

Jacques Prévert
Spectacles - © Gallimard, 1949

 

Saltimbanques

à Louis Dumur


Dans la plaine les baladins
s’éloignent au long des jardin
Devant l’huis des auberges closes
Par les villages sans églises

Et les enfants s’en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe

Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours des cerceaux dorés
L’ours et le singe animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage.

Guillaume Apollinaire
Alcools - Gallimard, 1920

Le clown triste

Petit Clown, le pianiste,
Petit Clown a les yeux tristes,
Car il a perdu, c’est sûr,
Les lacets de ses chaussures.

Petit Clown, le pianiste,
Petit Clown a les yeux tristes.

Son pantalon sans bretelles
A des airs d’accordéon
Et sa veste a vu ses fleurs
Se faner contre son cœur.

Petit Clown, le pianiste,
Petit Clown a les yeux tristes.

Béatrice Libert - Dans les bras du monde © Soc et Foc, 2014

 

À cheval

Comme il était triste
Le petit âne de kermesse

Aucun bambin pour lui parler
Lui caresser l’échine

Allons allons se disait-il
Ne soyons pas trop à cheval

Sur nos principes de vie
Un peu d’aventure que diable !

Et il monta sur ses grands chevaux
Qui chez les ânes désignent de beaux rêves

Et il galopa galopa galopa
Là où les chemins n’ont plus d’adresse


© Béatrice Libert, inédit.

Bibliographie succinte :


Piste de cirque - Jean-Claude Touzeil - L’Aventure Carto
Cirque - Patrik Joquel - Silence Production
​Sous le chapiteau des mots - Anthologie conçue par Jean-Marie Henry et Alain Serres - Rue du Monde, 2016
Ça fait rire les poètes - Anthologie conçue par Jean-Marie Henry et Alain Serres - Rue du Monde, 2016-
Les poètes et le clown - Anthologie - Møtus, 1993

… et sur le site "Passion lettres" un un choix de textes sur le cirque.

 



pucePlan du site puceMentions légales puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2014-2018 © La toile de l’un - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2