Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
Le poème du mois
Article mis en ligne le 1er juin 2019
dernière modification le 10 juin 2019

par Alain BOUDET

Oradour, la douleur

 

C’est un jour comme un autre à Oradour sur Glane

Oradour la douceur, Oradour la tendresse

C’est jour de mariage pour Madeleine et Roger

ou ça aurait pu l’être

Ils n’ont pas eu le temps
la mitraille a fauché les espoirs de la noce

Six cent quarante deux

le dix juin quarante quatre

dont cent soixante dix

enfants rassemblés là

brisés carbonisés

dans l’église et les granges

Au café d’Eugénie

André n’a pas fini son verre

pas eu l’envie de s’attarder

pas eu le temps de s’étourdir

Ils sont nombreux au champ de foire


Tout le village et un peu plus

Celui qui ne voit pas les armes

pourrait croire que c’est jour de fête

Oradour enfiévrée,
Oradour enflammée

où la terreur est muette

et ça sent la fumée
soudain

si près des Cieux

et ça brûle de cris qui n’en finissent pas

qui n’en finissent pas

de retentir 
 de retentir

Six cent quarante deux dont cent soixante dix

ce soir du dix juin quarante quatre
Et pour Armand et Marguerite

qui courent
 qui courent

 vient la douleur

 à Oradour…


Alain Boudet - Qurelques-un(e)s À paraître aux éditions Henry